1687: les États de Lille font frapper une médaille à la ruche royale commémorant la conquête des Pays-Bas espagnols par Louis XIV – et la guérison du roi.

« Les abeilles et le roi guéri »Jeton des Etats de Lille, 1687

Jeton en argent frappé en 1687 par les Etats de Lille, à l’occasion de la convalescence du roi . Existe également en cuivre. Diamètre :  32 mm. Poids : 10,39 g. 

Références:  Van Hende  supplément 710 &  Feuardent  absent (7225 var.)

* REVERS :  Une ruche en osier sur un socle ; au-dessus, le roi des abeilles ; autour l’essaim des abeilles.

   Titulature revers : «REGE.INCOLVMI.MENS.OMNIBVS.VNA. »    Un seul esprit pour tous pour le roi sain et sauf »)

A l’exergue sur deux lignes : « LES ESTATS DE LILLE -1687 »

* AVERS : Tête de Louis XIV à droite. Dessous, signature : «HN »

         Titulature avers : « LUDOVICVS . MAGNVS. REX. »        (« Louis Le Grand, Roi »)


La France a conquis une partie des Pays-Bas espagnols en 1667, et annexe la Flandre, dont Lille, en 1668. Louis XIV fait fortifier la ville par Vauban. Tous les 10 ans, des frappes commémorent 1667. Ce jeton de 1687 a été frappé par les Etats de Lille (l’assemblée en charge des finances et de la haute-justice de la ville)  pour célébrer le succès de la convalescence de Louis XIV.

L’allusion à la santé retrouvée du roi renvoie à la fistule anale dont il a beaucoup souffert tout au long de l’année 1686, au grand dam de médecins et apothicaires qui, hésitant entre servilité courtisane et efficacité professionnelle, envisagent tous les traitements possibles, avant d’opérer avec succès. Cet épisode de « la Grande opération » du 18 novembre 1686, sur lequel les sources sont aussi abondantes qu’allusives, est très révélateur de la théorie des « deux corps du roi » : le corps sacré du souverain, qui doit être visible à tout moment de sa Cour et de ses sujets ; et le corps mortel soumis aux affres de la maladie, ici particulièrement mal placée… Dès le lendemain de l’opération, le roi préside le conseil depuis son lit… En réalité, après de nouvelles interventions chirurgicales, le roi ne retrouvera une activité normale qu’au début de 1687. Le retour du roi à ses pleines capacités est le prétexte à des Te Deum dans tout le royaume, à des fêtes et autres réjouissances. Sans oublier des proclamations multiples de fidélité -utiles peu de temps après la révocation de l’Edit de Nantes (1685), alors que certains murmuraient, et pas seulement dans l’Europe protestante, que la fistule était un juste châtiment divin de l’intolérance religieuse du monarque…



SOURCES
 :

Nous remercions Jérôme JAMBU, maître de conférences d’histoire à l’Université de Lille, conservateur au Cabinet des monnaies et médailles de la Bibliothèque nationale de France, pour l’échange que nous avons eu à propos des monnaies et jetons lillois. Pour préciser notre propos ci-dessus, deux extraits de son article de 2015 dans le BSFN:



VAN HENDE Edouard (1819-1900), Numismatique lilloise, ou description des monnaies, médailles, jetons, méreaux de LilleLille, 1858, 464p. (p.170 et planche 48 pour le jeton de la Monnaie)

JAMBU Jérôme [2013], « Le jeton des officiers de la Monnaie de Lille»  , Bulletin de la Société française de numismatique, 68e Année, no 6, juin 2013, p.182-189. En ligne: https://www.academia.edu/16449606/J_Jambu_Le_jeton_des_officiers_de_la_Monnaie_de_Lille

JAMBU Jérôme [2015] , « Deux jetons inédits relatifs à la Flandre française sous Louis XIV. Ou l’art de recycler en numismatique pour mettre en scène le Grand Roi» , Bulletin de la Société française de numismatique, 70e année, no 8, octobre 2015, p.226-231. En ligne:(*Facs*) https://www.academia.edu/23000670/J_Jambu_Deux_jetons

CLAIRAND Arnaud, Le personnel de la Monnaie de Lille, 1685-1790, mémoire de master I d’histoire, Université Lille III (s.d.J.JAMBU), juin 2014.

PEREZ Stanis, La Santé de Louis XIV. Une biohistoire du Roi-SoleilSeyssel, Champ Vallon, 2007, 406p. (notamment p. 73-87 et 287-294), et Tempus, Perrin, 2010, 681p.

PEREZ Stanis, « Grandeurs et servitudes de la maladie : la fistule anale du Roi-Soleil », Paris, Cour-de-France.fr, 2009. Article inédit publié en ligne le 3 octobre 2009 (http://cour-de-france.fr/article1332.html)