Marie Armande Jeanne GACON-DUFOUR (1753-1835), féministe engagée, autrice prolifique de manuels d’économie domestique et agricole . Et apicultrice.


Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour 1, née et décédée à Paris (1753-1835), est surtout connue à l’époque contemporaine pour ses écrits féministes, en particulier par son énergique défense du droit des femmes à l’éducation, et plus largement de la place des femmes dans les espaces privés et publics, lors des débats de la période révolutionnaire et des débuts de l’Empire. En réalité, inspirée par les Lumières et la Révolution, elle a été une femme de lettres prolifique, touchant à de nombreux registres. Pendant un demi-siècle, son oeuvre écrite alterne donc les genres : nouvelles et romans édifiants (dont certains se déroulent sur des territoires lointains 2); pamphlets et écrits féministes ; essais historiques  (sous forme de chroniques de cour largement romancées, et de correspondances en partie apocryphes); et manuels et dictionnaires d’économie domestique et rurale. Une partie de ces ouvrages – principalement les pamphlets et interventions politiques – ont été édités anonymement, ou sous initiales d’auteur [« Mme **** », sur les pages de titre]. En revanche, les ouvrages pratiques d’économie du ménage sont publiés avec le nom de l’autrice, avec ses titres et qualités.

Portrait de Madame Gacon-Dufour. Gravure au frontispice du Manuel de la ménagère… (1805)


« Madame Gacon-Dufour, auteur de plusieurs ouvrages d’Economie domestique  à la ville et à la campagne »

 «  Madame Gacon-Dufour, auteur de plusieurs ouvrages d’Economie domestique  à la ville et à la campagne. Membre de l’Athénée des arts de Paris ; de l’Académie de Marseille, et de plusieurs autres sociétés savantes, littéraires et d’agriculture. » : c’est ainsi qu’à partir du milieu de la décennie 1800 sont signalés les titres et qualités de l’auteure sur une part importante de ses publications spécialisées sur l’économie et la gestion des affaires domestiques et d’un domaine rural.



Armande Gacon-Dufour a vécu une grande partie de sa vie sur les terres de ses domaines et de ceux de ses époux. Elle s’est d’abord intéressée à leur gestion en tant que châtelaine, s’inscrivant ainsi dans une fonction classiquement attribuée à une partie des femmes de la noblesse résidant à la campagne – dont attestent les nombreux Manuels du Ménage et autres Books of Husbandry publiés depuis la Renaissance en Europe occidentale. Puis, en femme des Lumières, elle a développé un véritable intérêt pour l’agronomie et le physiocratisme : des approches techniques, scientifiques et économiques des progrès nécessaires et possibles en ce XVIIIe siècle d’innovations et d’inventions. Peu à peu cooptée comme correspondante ou membre de plusieurs sociétés savantes d’agriculture et d’agronomie, elle rédige des articles et des mémoires pour les publications de ces sociétés – Mémoires de la Société Royale d’Agriculture, Bibliothèque physico-économique. Puis elle rédige des manuels de synthèse d’économie domestique (pour la ville) et rurale (pour les domaines agricoles). Tout en soulignant qu’elle prend en compte les découvertes scientifiques et techniques, et qu’elle s’appuie sur ses propres expériences et expérimentations, elle entend s’adresser « en un langage simple » à un public « de paysans et de mères chargées de famille. 3» Ses ouvrages vont être maintes fois remaniés et réédités, y compris chez des éditeurs techniques spécialisés réputés, comme les Manuels Roret 4.



Le premier texte de Marie Armande Gacon-Dufour consacré aux abeilles et à l’apiculture est imprimé à l’automne 1789 dans les Mémoires d’Agriculture, d’économie rurale et domestique, publiés par la Société royale d’agriculture : « Moyens de nourrir et faire travailler les Abeilles pendant les plus grands froids & de les préserver des dangers de cette saison ». Il sera republié en 1792 et en 1802. Ces quelques pages témoignent de l’expérience personnelle de l’auteure dans la gestion de ses ruches. Marie Armande Gacon-Dufour ne publiera pas d’autres textes ou ouvrages spécifiques sur l’apiculture, à la différence d’autres auteures comme Catherine Elizabeth de Curtas -« Madame Vicat », ou encore Augustine Chambon de Montaux. Mais dans tous les manuels ou dictionnaires d’économie rurale et d’agriculture qu’elle écrit et publie jusqu’à sa mort, il est rare qu’il n’y ait pas d’entrée « Abeilles », de sa main, traitant aussi bien de la morphologie et de la vie des abeilles, que des principes et techniques de l’apiculture, aux fins de produire du miel et de la cire.

Jean-Paul Burdy


NOTES

1 On la trouve également sous le patronyme de « Gacon-Dufour d’Humières ou Dufour d’Humières » après son premier mariage; puis de « Dufour de Saint-Pathus », après son remariage avec Julien-Michel Dufour de Saint-Pathus (1757-1828), avocat, juriste, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation sur les codes de lois et la jurisprudence. Cf. https://data.bnf.fr/fr/12449631/julien-michel_dufour_de_saint-pathus/ . Elle a résidé à Paris et sur différents domaines à Nogent-sur-Marne et Brie-Comte-Robert.

2 dont la Perse et la Moldavie.

3 En réalité, ses ouvrages d’économie domestique urbaine s’adressent à des maîtresses de maison qui disposent de moyens importants, de locaux étendus et d’une domesticité nombreuse.

4 L’un de ses manuels est traduit en polonais en 1806.


Publications ayant trait à l’agriculture et aux abeilles.

GACON-DUFOUR D’HUMIERES Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1789/1792/1802] Moyens de nourrir et faire travailler les Abeilles pendant les plus grands froids & de les préserver des dangers de cette saison, Mémoires d’Agriculture, d’économie rurale et domestique, publiés par la Société royale d’agriculture, Au Bureau de la Feuille du cultivateur, Paris, 1789, Trimestre d’automne, p.14-17 ; et dans : L’Esprit des journaux françois et étrangers par une Société de gens-de-lettres, Chez la Veuve Valade, Paris, 21e année, tome I, janvier 1792, p.394-395 ; et dans La Décade philosophique, littéraire et politique, Au Bureau de la Décade philosophique, rue de Grenelle, faubourg Germain, No 321, en face de la rue des Pères, Nivose, Pluviose, Ventose. Onzième année de la République (1802), 2e trimestre, Volume 36, p.525-527. (*Facs*) : https://books.google.fr/books?id=AH1lAAAAcAAJ&dq=GACON-DUFOUR

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1804/1806], Recueil pratique d’économie rurale et domestique, Paris, F. Buisson, 1804, in-12, 243 p., et in-12, 299 p., et 1806, in-12, 300 p. > Développement sur les abeilles.

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1805] Manuel de la ménagère à la ville et à la campagne, et de la Femme de basse-cour ; ouvrage dans lequel on trouve aussi des remèdes nouveaux pour la guérison des bestiaux, etc., Paris, F. Buisson, 1805, 2 vol. in-12, 291 et 548 p. > Développement sur les abeilles dans la Lettre XV, p.199s.. (*Facs*) : https://books.google.fr/books?id=H4m8TgLz7-IC&printsec=frontcover&source=gbs_book_other_versions_r&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1806] Dziełko doręczne dla gospodyń mieyskich i wieyskich tudzież służących folwarcznych z przyłączonemi sposobami leczenia chorób bydlęcych y przydanych zbiorem praktycznym gospodarstwa wieyskiego i domowego napisane w ięzyku francuzkim [Un ouvrage pour les ménagères de la ville et de la campagne, ainsi que pour les domestiques de ferme, avec les méthodes associées de traitement des maladies du bétail et un ensemble pratique de ferme et de ménage, rédigé en français, ], Wrocław, W. B. Korn, 1806, 365p. (*Facs*) : https://books.google.fr/books?Marie+Armande+Jeanne+Gacon-Dufour

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1808/1812] Dictionnaire rural raisonné, dans lequel on trouve le détail des plantes préservatives et curatives des maladies des bestiaux, Paris, L. Collin, 1808, 2 vol. in-8° , 319p. ; 1812.. > Développement sur les « Abeilles , p.1-4 » (*Facs*) : https://books.google.fr/books/about/Dictionnaire_rural_raisonn%C3%A9

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1825/1827] Manuel du parfumeur. Guide pour faire des parfums, lotions, sachets, vinaigres aromatiques, maquillages, poudres et dentifrices, 1825 ; Manuel du pâtissier et de la pâtissière, à l’usage de la ville et de la campagne, 1825 ; Manuel théorique et pratique du savonnier, ou l’Art de faire toutes sortes de savons, 1827.

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1826/1828/1834] Manuel des habitants de la campagne et de la bonne fermière, ou Guide pratique des travaux à faire pendant le cours de l’année, et où se trouve un grand nombre de nouveaux procédés d’économie rurale et domestique, Paris, Roret, 1826, in-12, 262 p., ou in-18, IV-328 p. ; 2e  éd., entièrement refondue par Mme Celnart, Paris, Roret, 1828, in-18, III-244 p., et 1834, in-18, III-244 p. (*Facs*) : https://books.google.fr/books/download/Manuel_des_habitants_de_la_campagne

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1826] Manuel complet de la maîtresse de maison et de la parfaite ménagère, ou Guide pratique pour la gestion d’une maison à la ville et à la campagne (…), Paris, Manuels Roret, 1826, 301p. (*Facs*) : https://books.google.fr/books?id=locPAAAAQAAJ&redir_esc=y

> puis : PARISET Mme [1852] Nouveau manuel complet de la maîtresse de maison, ou Lettres sur l’économie domestique / par Mme Pariset ; suivi d’un appendice par Mmes Gacon-Dufour, Celnart, etc…, Paris, Collection des Manuels Roret, 1852, 344p. Reprise en partie plagiée de Mme Gacon-Dufour 1826. En ligne sur BNF-Gallica : (*Facs*) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2059042?rk=107296;4

GACON-DUFOUR contributrice à :

HAVET Armand-Étienne-Maurice (médecin & botaniste) [1826/1828] Le Dictionnaire des ménages, ou Recueil de recettes et d’instructions pour l’économie domestique (…) ouvrage utile aux pères et mères de famille (…) par M. Havet, docteur en médecine et botaniste (…), 3e édition, corrigée très soigneusement et augmentée… par M. Stéphane Robinet, pharmacien et Madame Gacon-Dufour, auteur de plusieurs ouvrages d’Economie domestique, Paris, P.Blanchard, 1826, 520p. > Développement sur les « Abeilles, p.9-28 » En ligne sur BNF-Gallica : (*Facs*) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9738899q/f9.item.zoom #

PARISET [1852] Nouveau manuel complet de la maîtresse de maison, ou Lettres sur l’économie domestique / par Mme Pariset ; suivi d’un appendice par Mmes Gacon-Dufour, Celnart, etc…, Paris, Collection des Manuels Roret, 1852, 344p. Postface par Mme Gacon-Dufour. En ligne sur BNF-Gallica : (*Facs*) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2059042?rk=107296;4


Publications féministes (avec un commentaire)


GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1787] Mémoire pour le sexe féminin contre le sexe masculin, A Londres, et se trouve à Paris, chez Royer, Paris, 1787, 52p. En ligne sur BNF-Gallica : (*Facs*) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42651t?rk=257512;0 #

> réponse à : Le Chevalier de F**** [Henri de Feucher, chevalier d’Artaize (17..-18.. )] [1786/1787] Réflexions d’un jeune homme, par M. le chevalier de Feucher. Première partie. – Dégradation de l’homme en société, ou Essai sur la Dégradation de l’homme en société (t.1); Essai sur la décadence du goût des arts et des sciences (t.2), A Londres, et se vend à Paris, 1786, 2 vol.; Nouvelles réflexions d’un jeune homme, par M. le chevalier de F****, 1787. En ligne sur BNF-Gallica : (*Facs*) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6536635c.texteImage & https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6536636s/f5.item.zoom

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1801] Contre le projet de loi de S***. M***, portant défense d’apprendre à lire aux femmes, par une femme qui ne se pique pas d’être femme de lettres, ouvrage contenant des réponses argumentées remettant le sieur Maréchal à sa juste place de sot, d’esprit dérangé et de bouffon réactionnaire, 1801, 76p. 1. En ligne sur BNF-Gallica : (*Facs*) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30453698

> réponse à : MARECHAL Sylvain (1750-1803) [1801] Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes, Paris, 1801, 106p . En ligne sur BNF-Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42699t.texteImage

> dans la même veine féministe : CLEMENT-HEMERY Albertine (1778-1855) [1801] Les femmes vengées de la sottise d’un philosophe du jour, ou Réponse au projet de loi de M. S.**-M.***, portant défense d’apprendre à lire aux femmes, Paris, chez Mme Benoist, 1801. 65p. En ligne sur BNF-Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42669w#

< NOTE JP.BURDY > « S***M*** » vaut pour Sylvain Maréchal, ainsi présenté sur wikipedia.fr : « Pierre Sylvain Maréchal né le 15 août 1750 à Paris, et mort le 18 janvier 1803 à Montrouge, est un écrivain, poète et pamphlétaire français. Militant républicain, passionné par l’égalité sociale, c’est un précurseur de la grève générale et de l’anarchisme. Sous le Directoire, il participe avec Gracchus Babeuf à la Conjuration des Égaux puis s’oppose aux ambitions de Bonaparte. Voulant délivrer l’homme de toute servitude, Sylvain Maréchal, « l’homme sans Dieu », est sans doute l’un des plus fervents partisans de l’athéisme durant la Révolution : il souhaite la disparition des prêtres et des Églises. Il est, par ailleurs, le principal rédacteur du journal le plus lu de son époque : Révolutions de Paris. »

Il est l’auteur présumé du célèbre pamphlet athéiste et anticlérical Catéchisme du curé Meslier, publié en 1790. Mais il est aussi l’auteur public, en 1801, d’un autre célèbre « Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes ». Ce dernier texte synthétise toutes les citations et attaques possibles contre l’instruction des femmes, et plus largement contre leur présence dans l’espace public, au nom « d’arguments naturels et moraux. » Il s’agit de « ramener les femmes dans l’espace privé de la maison .» Sa publication ouvre la polémique avec Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour (qui qualifie le texte de « plaisanterie », et l’auteur «de sot, d’esprit dérangé et de bouffon réactionnaire »), et Albertine Clément-Hémery, qui lui répondent vertement, très vite, et longuement. Documenté et à l’évidence provocateur, le texte de Maréchal peut être lu au premier degré, comme synthèse de tous les arguments qui fondent à cette époque décisive (la Révolution et l’Empire), l’infériorisation des femmes dans l’espace public du siècle qui s’ouvre, et leur réduction à l’espace privé et familial. On pourrait cependant émettre l’hypothèse d’une provocation calculée destinée à permettre l’expression en réponse de tous les arguments contraires, en prenant à témoin l’opinion publique. A l’appui de cette thèse, le fait apparemment attesté que Sylvain Maréchal et Marie Armande Gacon-Dufour se connaissaient d’amitié dès avant la Révolution, qu’elle l’aurait aidé à la rédaction de certains de ses textes, qu’elle l’a accompagné dans les derniers mois de sa vie, en 1803 ; et qu’elle a rédigé sa biographie posthume en 1807 en préface de son dernier ouvrage.

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1805] Les Dangers de la coquetterie, 1788, 2 vol. , Paris, Buisson, 331p. & 164p. (*Facs*) : https://books.google.fr/books/about/Les_dangers_de_la_coquetterie.html?id & https://books.google.fr/books?id=wc05AAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_similarbooks

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1805] De la nécessité de l’instruction pour les femmes, Paris, Buisson, An XIII -1805 , 311p. (sous forme de roman, et par lettres) (*Facs*) : https://books.google.fr/books/about/De_la_n%C3%A9cessit%C3%A9_de_l_instruction

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1807] Réponse à M.A. [F. Dorimon, l’un des rédacteurs du « Journal de l’Empire« ], par Mme Gacon-Dufour, Paris, 1807, 20p.. En ligne sur BNF-Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k131854w/f4.item # (vigoureuse réponse féministe, libre-penseuse et pro-réformée à un journaliste méprisant les femmes écrivaines)

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1801/2018] La Femme grenadier, Paris, Ouvrier, 1801 (roman historique pendant la Révolution) . En ligne sur BNF-Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5720842b/f12.item.zoom

> Edition critique : Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour. La Femme grenadier. Édition critique [2018] par Olivier RITZ, Victoire BECH, Clémentine BRENGEL, Alexandra HENRY, Chloé THEVRET, Lothaire BERTHIER, CERILAC – Centre D’Etude et de Recherche Interdisciplinaire, Université Paris 7-Diderot, 2018, En ligne: https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact


Publications historiques et romanesques (sélection)

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1809] Les Voyageurs en Perse, Paris, Léopold Collin, 1809, 3 vol., 250p.+280p.+311p..Se déroule entre Constantinople, Djolfa, Bakou, Ispahan et Shiraz. (*Facs* vol.1) : https://books.google.fr/books/about/1Les_voyageurs_en_Perse; (*Facs* vol.2) :https://books.google.fr/books/2-Perse?id=tOM5AAAAcAAJ&hl=fr&source; (*Facs* vol.3) : https://books.google.fr/books/about/3-Les_voyageurs_en_Perse.html?i

GACON-DUFOUR Marie Armande Jeanne (1753-1835) [1818] L’Héroïne moldave, Paris, 1818, 3 vol.. En ligne sur BNF-Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54943689/f8.item.zoom . Se déroule aux confins balkano-russes pendant les guerres napoléoniennes.


Quelques ouvrages sur la féministe Marie Armande Gacon-Dufour et son environnement intellectuel

FRAISSE Geneviève [1989/2007] Opinions de femmes. De la veille au lendemain de la Révolution française, textes de Marie-Armande Gacon-Dufour, Olympe de Gouges, Constance de Salm, Albertine Clément-Hémery, & F. Raoul, Paris, éd. Côté-femmes, 1989, rééd. 2007, 188p.

FRAISSE Geneviève [1989/1995] Muse de la raison. La démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989 ; rééd.1995.

JOLIBERT Bernard [2007/1801] Maréchal Sylvain. Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes (1801) suivi des réponses de Marie-Armande Gacon-Dufour et Albertine Clément-Hémery. Textes présentés par Bernard Jolibert, Paris, L’Harmattan, 2007, 189p.

MARECHAL Sylvain [1801/2007], Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes, Postface de Michelle Perrot, Paris, éd. Mille et une nuits, 2007, 108p.

> CR des deux ouvrages ci-dessus par Rebecca ROGERS [2007], « Maréchal Sylvain. Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes (1801) suivi des réponses de Marie-Armande Gacon-Dufour et Albertine Clément-Hémery ; et Maréchal Sylvain, Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes » Revue française de pédagogie, no 161, 2007, p. 128-129. En ligne : https://journals.openedition.org/rfp/871

MANNUCI Erica J. [2013] « Marie-Armande Gacon-Dufour. A Radical Intellectual at the Turn of the Nineteenth Century », in : CYRTIS-WENDLANDT Lisa, GIBBARD Paul, GREEN Karen (dir.), Political Ideas of Enlightenment Women: Virtue and Citizenship, Farnham, Surrey, UK, Ashgate, 2013 p.79-90.

RITZ Olivier [2020] « La conquête de l’autonomie sentimentale dans les romans de Gacon-Dufour », Orages, 2020, no 18, p. 87-99.